Il convient d’être lucide : le crowdfunding n’a rien d’un investissement immobilier. Il s’agit en réalité d’un prêt obligataire dont le sous-jacent est une entreprise chargée de la construction de biens immobiliers. Autrement dit, en faisant du crowdfunding vous n’investissez pas dans l’immobilier, vous achetez des obligations à court terme over the counter (en dehors des marchés financiers) d’entreprise de l’immobilier.

Notre avis sur le crowdfunding immobilier

Vous hésitez à investir dans du crowdfunding immobilier ? Ce type de placement propose un taux de rendement particulièrement élevé de sorte qu’il apparaît particulièrement attractif. 

Mais, est-ce réellement une bonne solution d’investissement immobilier ?

Voici notre avis sur le crowdfunding immobilier !

 

Qu’est-ce que le crowdfunding immobilier ?

 

Le crowdfunding immobilier (ou financement participatif immobilier) est un mode de financement de plus en plus en vogue inspiré des modèles de crowdfunding artistiques où des promoteurs cherchent à lever des fonds auprès du public sous la forme de prêts obligataires. Les plateformes de crowdfunding immobilier font donc l’intermédiaire entre les promoteurs et les investisseurs.

 

Mais, contrairement au financement participatif artistique, les investisseurs sont rémunérés pour les sommes prêtées aux promoteurs immobiliers au moyen d’intérêts pouvant atteindre 13 % par an !

 

Lire aussi : Financement participatif immobilier ou crowdfunding immobilier : est-ce rentable ?

 

Comment fonctionne le crowdfunding immobilier ?

 

Pour comprendre le crowdfunding immobilier, il convient de distinguer 3 acteurs avec des objectifs différents :

  • les promoteurs immobiliers qui cherchent à obtenir un financement (souvent en complément d’un prêt bancaire) pour financer la construction ou la rénovation de biens immobiliers
  • la plateforme de crowdfunding ayant pour rôle la mise en relation entre les promoteurs et les investisseurs
  • les investisseurs, le plus souvent particulier (non professionnel) en quête de solution de placement rentable pour leur épargne

 

Le crowdfunding comme solution de financement pour les promoteurs

 

Au regard de la multiplicité et de l’ampleur des projets immobiliers, les promoteurs ont de plus en plus besoin de capitaux pour répondre au rythme croissant de la demande de nouveaux logements.

Dans le modèle traditionnel, les promoteurs financent leur projet à parts égales entre capitaux propres (issues de leur trésorerie) et emprunt bancaire.

Forcément, ce modèle présente deux limites :

  • La trésorerie (capitaux propres) du promoteur n’est pas inépuisable et sa reconstitution intervient en grande partie à l’issue de chaque projet. Le besoin en fonds de roulement est donc particulièrement important.
  • Le financement immobilier des banques n’est pas illimité et dépend de nombreux facteurs tels que le taux d’endettement, l’actif net…

 

Pour accroître l’effet levier et s’affranchir de ces barrières, les promoteurs peuvent avoir intérêt à trouver une nouvelle source de financement pour substituer leurs capitaux propres. Si la levée de capitaux sous la forme d’une augmentation de capital présente certaines limites en matière de public cible, le financement participatif immobilier a pour seule limite le nombre d’épargnants susceptibles d’investir. Les tickets d’entrée étant relativement faibles et la rémunération des prêts obligataires importante, les promoteurs peuvent toucher un large public de particulier grâce au crowdfunding immobilier.

 

Crowdfunding immobilier : un prêt obligataire aux allures d’investissement immobilier

 

Côté investisseur, lorsque vous participez à une opération de crowdfunding immobilier, vous souscrivez des prêts fonctionnant comme une obligation.

Ainsi, vous allouez le montant du nominal au promoteur (montant du prêt), ce dernier a la charge de vous verser un coupon annuellement ou mensuellement selon le taux d’intérêt fixé à l’avance.

À échéance, c’est-à-dire au terme fixé (36 mois par exemple), l’émetteur a l’obligation de vous rembourser le montant emprunté. 

 

Ainsi, sur le papier, le crowdfunding immobilier paraît ultra attractif en raison de ses taux d’intérêt élevés (bien supérieurs aux obligations d’État de l’OCDE), son horizon court et son faible ticket d’entrée. Mais qu’en est-il dans la pratique ?

 

Notre avis : le crowdfunding est-il un bon investissement ?

 

Il convient d’être lucide : le crowdfunding n’a rien d’un investissement immobilier. Il s’agit en réalité d’un prêt obligataire dont le sous-jacent est une entreprise chargée de la construction de biens immobiliers. Autrement dit, en faisant du crowdfunding vous n’investissez pas dans l’immobilier, vous achetez des obligations à court terme over the counter (en dehors des marchés financiers) d’entreprise de l’immobilier. Ce mode d’investissement s’assimile plus à de l’achat d’actif financier qu’à de l’immobilier à proprement parler.

Pour autant, le crowdfunding peut présenter quelques avantages pour certains profils d’investisseurs.

 

Un rendement à la hauteur du risque

 

Le rendement en finance n’a rien de magique, il vise à rémunérer le risque pris par l’investisseur par rapport à un actif sans risque. On parle alors de prime de risque.

Ainsi, au regard des taux de rendement, dire que le crowdfunding immobilier est sans risque serait complètement fallacieux. À quoi bon servir un coupon à 10 % par an, si les investisseurs pouvaient accepter deux fois moins en raison d’une faible prise de risque ?

 

À vrai dire, le financement participatif immobilier est un investissement très risqué. La seule manière de séduire les investisseurs est donc de monter le taux de rendement. En effet, il existe un risque de faillite du promoteur non négligeable vous empêchant de récupérer votre mise à échéance.

Ce risque est accru par l’importance des intérêts du crowdfunding qui sont particulièrement importants pour un secteur d’activité réputé pour ses marges tirées à la baisse et pour le risque omniprésent de retard dans la livraison des travaux (pas de livraison = pas de trésorerie).   

 

Pour autant, un risque élevé ne veut pas dire que l’investissement n’en vaut pas la peine. Le choix d’y aller dépend alors du taux de rendement. Or, avec un taux de rendement de 10 %, le couple rentabilité/risque semble tout à fait acceptable.

Selon une compilation de données du site HelloCrowdfunding, le taux de défaut des emprunteurs en crowdfunding immobilier est de 1 %. Un niveau faible au regard du rendement. 

Mais attention, le crowdfunding est un mode de financement relativement jeune et il n’est pas exclu que ce taux de défaut monte à l’avenir surtout si des pratiques de type Ponzi apparaissent (si les prêts sont remboursés avec d’autres sources de financement).

 

Une solution d’épargne à court terme très rémunératrice

 

Ceci dit, le crowfunding peut être une aubaine pour les épargnants souhaitant placer leur épargne à court terme en tirant des rendements élevés. 

À condition d’être conscients des risques, certains projets demandent des financements sur 12 mois pour un rendement brut de 10 %. 

Ce type de placement peut alors être idéal par exemple pour placer un apport en vue d’effectuer un investissement locatif l’année suivante, si cela est impossible aujourd’hui. Il peut alors s’agir d’une bonne solution pour faire fructifier un capital dont vous n’avez pas besoin à court terme.

 

Un ticket d’entrée trop élevé pour assurer une diversification suffisante

 

Lorsque vous investissez dans un actif risqué, votre premier réflexe doit être de diversifier pour limiter votre prise de risque. Si vous décidez de faire du crowdfunding immobilier, il est impératif de financer plusieurs projets pour faire en sorte que les rendements des uns compensent les pertes des autres.

Si le taux de défaut reste durablement à 1 %, il n’y a fondamentalement pas de problèmes : avec un taux de rendement de 10 %, investir dans 10 projets simultanément vous offre une couverture maximale avec une très faible prise de risque.

Mais, si le taux de défaut monte à 10 % et que le taux de rendement reste constant, vous serez tenus d’investir dans une centaine de projets pour maintenir un niveau de risque acceptable.

 

Or, avec un ticket d’entrée de 1 000 euros par projet financé, vous pouvez comprendre que le crowdfunding n’est finalement pas aussi accessible qu’il n’y paraît.

Il faudrait alors un investissement minimum de 100 000 euros pour assurer une diversification suffisante. Avec une telle somme, autant investir directement dans l’immobilier locatif !

 

Notre avis sur les plateformes de crowdfunding immobilier

 

Comme vous pouvez le constater, les plateformes proposent toutes plus ou moins le même service et les mêmes promesses. Avec un rendement brut annuel affiché similaire, la véritable différence tient à la qualité des projets proposés, à la solidité financière des promoteurs référencés et à l’interface d’investissement dédiée aux investisseurs.

 

Plateforme crowdfunding immobilier

Rendement brut moyen

Durée du crowdfunding

Ticket d’entrée minimum

Homunity

9,2 %

Entre 12 et 24 mois

1 000 €

Anaxago

10 %

Entre 6 et 48 mois

1 000 €

Wiseed

9 %

Entre 12 et 24 mois

100 €

Fundimmo

8,9 %

23 mois en moyenne

1 000 €

Bee for deal

9,3 %

21 mois en moyenne

1 000 €

Citesia

9,3 %

Entre 12 et 36 mois

1 000 €

Clubfunding

9,5 %

Entre 6 et 48 mois

1 000 €

 

En effet, la qualité des projets proposés est essentielle pour choisir la bonne plateforme de crowdfunding immobilier. Si les plateformes font un tri préliminaire des projets immobiliers finançables, il peut être a priori difficile de distinguer les projets risqués de ceux qui le sont moins. De plus, les jeunes plateformes pourraient avoir tendance en raison de leur objectif de croissance de moins filtrer les projets proposés pour générer un maximum d’offres pour les investisseurs. Restez sur vos gardes !

 

Au demeurant, le choix de votre plateforme de crowdfunding immobilier doit se faire à la lumière de plusieurs éléments :

  • avoir l’agrément minimum de conseiller en investissement participatif (CIP) auprès de l’ORIAS et/ou avoir l’agrément en tant que Prestataires de Services d’Investissement ;
  • proposer des projets immobiliers diversifiés (d’un point de vue sectoriel et géographique) ; 
  • un filtrage et un contrôle drastique des projets proposés ;
  • l’antériorité de plateforme et le nombre de projets financés ;
  • la qualité de l’interface investisseur et la réactivité du service client.



Quelles sont les alternatives au crowfunding immobilier ? 

 

Si le crowdfunding immobilier peut être intéressant à court terme, il ne peut s’agir d’une solution pérenne pour bâtir votre patrimoine.

A contrario, l’investissement immobilier en nom propre propose des caractéristiques de long terme permettant d’allier rendement régulier et stabilité. Plus le temps passe et plus votre prise de risque diminue sans compter le fait que vous pouvez faire financer tout ou partie de cet investissement par les banques !

Mais, l’immobilier locatif est plus complexe à mettre en œuvre que de placer son argent dans du crowdfunding. C’est pourquoi nous avons développé plusieurs offres d’investissement locatif clé en main pour vous accompagner à chaque étape de votre projet immobilier en Île-de-France. De la recherche du bien à la gestion locative, nous assurons pour vous la réussite de votre investissement locatif en nom propre.


Lire aussi : Quels sont les atouts de l’investissement locatif clé en main ?

Secrets recommandés
Faut-il acheter sa résidence principale ou réaliser un investissement locatif ?
Acheter sa résidence principale ou investir dans l’immobilier locatif est un débat récurrent entre spécialistes de l’immobilier. Si la plupart des conseillers en gestion de patrimoine vous incitent en priorité à acheter votre résidence principale, il existe plusieurs situations où ce choix n’est pas opportun.
Quel est l’impact du nouveau DPE (diagnostic de performance énergétique) sur la mise en location d’un bien immobilier ?
Inséré dans le dossier de diagnostics techniques (DDT), le nouveau DPE location doit être remis au locataire à la signature du bail. Si vous ne le transmettez pas, vous vous exposez à lui verser des dommages et intérêts.
Pourquoi envisager un investissement locatif en banlieue parisienne ?
Vous choisirez la banlieue où investir en fonction de votre stratégie d’investisseur : court ou long terme (plus-value vs revenus), clientèle cible et apport disponible.
Recevoir une brochure
Quels sont vos objectifs d'investissement ?
Recevoir une brochure
Recevoir une brochure