À l’exception du fonds euros (qui n’est pas véritablement un placement boursier), placer son argent implique un risque de perte inhérent et proportionnel au niveau de rentabilité. Ainsi, dire qu’un placement boursier rapporte plus qu’un autre n’a de sens que si on met le niveau de risque en face de la rentabilité.
Sommaire
Partager nos secrets
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Quel placement rapporte le plus ?

Le premier réflexe des épargnants avant d’investir est de chercher quel est le placement qui rapporte le plus. S’il est tout à fait naturel de vouloir faire travailler son argent de la meilleure manière qui soit, le rendement et la rentabilité sont loin d’être des indicateurs suffisants pour dicter votre stratégie d’investissement.

En vous présentant quels sont les investissements qui rapportent le plus, nous vous démontrerons dans le même temps qu’une rentabilité prise isolément n’a pas véritablement de sens puisque chaque placement à des caractéristiques et un niveau de risque associé qu’il convient absolument de prendre en considération.

 

Les Secrets de l’Immo, en tant que spécialiste de l’investissement locatif clé en main, vous fait l’inventaire de chaque grande classe d’actif susceptible de rapporter le plus.

 

Lire aussi : Où investir son argent ?

 

Quels sont les livrets et placements bancaires qui rapportent le plus ?

 

Il est très rare dans la pratique qu’un épargnant n’envisage pas, ne serait-ce pour son épargne de précaution, d’ouvrir un livret bancaire pour placer tout ou partie de son épargne.

Les livrets bancaires présentent comme premier avantage la liquidité. Cette caractéristique permet à l’épargnant de retirer ses avoirs à tout moment dans un délai très court pour en faire un usage immédiat. De plus, le capital épargné est garanti : l’épargnant ne supporte aucun risque de perte.

Toutefois, chaque livret bancaire réglementé possède à minima un plafond de versement. D’autres peuvent présenter des conditions d’ouvertures au regard de la situation personnelle du souscripteur (plafond de revenu pour le LEP ou condition d’âge pour le Livret jeune).

Au demeurant, les livrets bancaires et placements bancaires sont loin d’être les placements qui rapportent le plus. Leur taux nominal tourne actuellement autour de 1 %.

 

Comparatif des livrets d’épargne



Livret d’épargne

Taux nominal

Taux réel*

Plafonds de versement

Livret A

1 %

– 1 %

22 950 euros

Livret jeune

> 1 %

> – 1 %

1 600 euros

Livret d’épargne bancaire

Selon la banque (entre 0,2 % et 1,5 %)

Entre – 1,8 % et – 0,5 %

Selon la banque

LDDS (livret développement durable et solidaire)

1 %

– 1 %

12 000 euros

LEP (Livret épargne populaire)

2,2 %

0,2 %

7 700 euros

*Taux nominal duquel on soustrait le niveau d’inflation cible de la BCE (2 %).

 

Pourquoi un livret d’épargne n’est-il pas un placement viable à moyen/long terme ?

 

Les placements bancaires à capital garanti proposent un taux de rentabilité inférieure à l’inflation (taux réel). En d’autres termes, votre épargne placée perd en pouvoir d’achat à mesure que le temps passe, quand bien même elle serait créditée des intérêts nominaux.

Les livrets ont pour seule utilité de conserver des liquidités à court terme, mais ne visent en aucun cas à enrichir ou faire croître votre patrimoine.

Dans ce dernier cas, il vaut mieux s’orienter vers des placements boursiers ou immobiliers.

 

Quels sont les placements boursiers qui rapportent le plus ?

 

À l’exception du fonds euros (qui n’est pas véritablement un placement boursier), placer son argent implique un risque de perte inhérent et proportionnel au niveau de rentabilité. Ainsi, dire qu’un placement boursier rapporte plus qu’un autre n’a de sens que si on met le niveau de risque en face de la rentabilité. On parle alors de couple rentabilité/risque.

 

L’importance du couple rentabilité/risque pour comparer les placements

 

Le couple rentabilité/risque est une notion centrale à prendre en considération avant d’investir sur les marchés financiers. Il vous évite en premier lieu de foncer tête baissée vers les placements qui rapportent le plus, sans tenir compte des situations où votre investissement pourrait se traduire par des pertes importantes.

Le niveau de risque sur les marchés financiers est souvent mesuré par la volatilité c’est-à-dire la variation de prix d’un actif sur une courte période. Plus l’amplitude est élevée, plus l’actif est considéré comme risqué. Mais ce n’est pas le seul risque à considérer : par exemple, certains actifs sont illiquides (impossible à vendre avant une période donnée) ou proposent des risques de contrepartie (défaillance de la personne qui serait susceptible de vous payer).

L’une des meilleures solutions pour pallier à ces risques est de diversifier son portefeuille d’investissement soit en s’orientant vers des fonds d’investissement ou des ETF (panier d’actifs diversifiés) ou alors en disposant de solides connaissances financières pour constituer un portefeuille d’actions et d’obligations en direct. Aussi, fixer un horizon d’investissement suffisamment lointain (supérieure à 10 ans) vous permet de lisser les effets de volatilité et parier sur les hausses structurelles des marchés à long terme. 

 

Les grandes catégories de placements boursiers et de produits financiers



Placements boursiers

Type

Rentabilité espérée

Niveau de risque /5

Caractéristiques

Fonds d’investissement (OPCVM)

Fonds d’investissement coté

Entre 3 et 10 %

Entre 2 et 5 selon la stratégie du fonds

  • Ultra liquide
  • Risque de perte en capital
  • Frais de gestion élevés
  • Bonne diversification
  • Gamme d’actif importante
  • Fonds géré par une société de gestion

Fonds euros

Fonds euros

Entre 0,5 et 2 %

0

  • Ultra liquide
  • Accessible principalement via une assurance vie
  • Frais de gestion élevés
  • Capital garanti
  • Fonds géré par une société de gestion

ETF (Exchange traded funds)

Trackers ou fonds indiciels

Entre 4 et 11 % selon l’indice

Entre 2 et 5 selon l’indice

  • Réplique un indice boursier
  • Ultra liquide
  • Faibles frais de gestion
  • Bonne diversification (selon l’indice)
  • Gamme d’actif importante
  • Pas d’arbitrage au sein du fonds

Actions d’entreprise cotée en direct

Actions cotées

À partir de 4 %

5

  • Titre de propriété de l’entreprise
  • Distribution de dividendes et potentiel de plus-value
  • Nécessite de bonnes connaissances financières pour construire un portefeuille équilibré et diversifié
  • Ultra liquide selon le volume d’échange
  • Risque de perte en capital

Obligations d’État

Obligations

Entre -0,5 % et 20 %

Entre 0 et 5 (selon l’État)

  • Créance à terme
  • Rendement régulier sous la forme d’intérêt
  • Rendement proportionnel au risque de défaut de paiement
  • Nécessite de bonnes connaissances financières pour construire un portefeuille équilibré et diversifié
  • Ultra liquide selon le volume d’échange

 

Ces différents actifs peuvent être détenus par les particuliers via une enveloppe fiscale telle que le PER (plan épargne retraite), l’assurance vie, un contrat de capitalisation ou un PEA (plan épargne action). Chacune de ces enveloppes propose des avantages fiscaux particuliers à leur détenteur et des produits boursiers spécifiques. 

Nous vous invitons à maximiser leur usage pour optimiser la rentabilité nette de vos placements et construire une stratégie patrimoniale cohérente.

 

Est-il possible de faire un investissement boursier à crédit ?

 

Malgré les rentabilités espérées, les placements boursiers ne permettent pas d’emprunter pour investir (sauf certains produits dérivés, mais au prix d’un risque très élevé). Il est alors difficile de démultiplier la rentabilité de votre portefeuille en investissant plus grâce au crédit. Ceci étant, eu égard au niveau de risque inhérent aux placements boursiers, il est préférable d’investir de l’argent que l’on est en mesure de perdre, plutôt que de se retrouver surendetté à cause d’un revers de marché.

 

Lire aussi : Faut-il investir dans l’immobilier ou dans une assurance vie ?

 

Quels investissements immobiliers rapportent le plus ?

 

Les placements immobiliers sont très compétitifs dans le domaine de l’investissement pour particuliers. Beaucoup plus stables que les placements boursiers et plus tangibles par nature, ils offrent des rentabilisées espérées importantes qu’il est possible de démultiplier grâce au crédit (prêt immobilier) s’il s’agit d’un investissement en nom propre.

 

Comparatif des investissements immobiliers



Investissement immobilier

Type

Rentabilité espérée

Niveau de risque /5

Caractéristiques

SCPI de rendement

Fonds d’investissement

Entre 3 et 5 %

3

  • Liquidité variable
  • Bonne diversification
  • Rendements réguliers
  • Emprunt possible sous certaines conditions
  • Fiscalité possiblement avantageuse

SCPI de plus-value

Fonds d’investissement

Entre 3 et 5 %

3,5

  • Très faible liquidité
  • Investissement à long terme
  • Rendements à terme
  • Fiscalité possiblement avantageuse

SCPI fiscale

Fonds d’investissement

N/A

3

  • Illiquide
  • Investissement à long terme
  • Rendements à terme
  • Avantages fiscaux

OPCI

Fonds d’investissement mixte

Entre 3 et 10 %

3

  • Très diversifié
  • Exposition aux marchés financiers
  • Liquidité correcte
  • Fiscalité à la carte (selon type de fonds)
  • Rendements réguliers

SIIC

Fonds d’investissement coté

Entre 4 et 6 %

4

  • Très liquide
  • Risque de volatilité
  • Fiscalité attractive
  • Frais d’entrée faible
  • Pas d’endettement possible

Club deal immobilier

Fonds d’investissement privé

Entre 4 et 15 %

3

  • Peu liquide
  • Ticket d’entrée élevé (à partir de 700 000 euros)
  • Potentiel de rentabilité important
  • Investissement sur mesure

Crowdfunding immobilier

Investissement participatif

Entre 8 et 12 %

4

  • Prêt obligataire à terme
  • Risque de faillite de l’emprunteur
  • Investissement à court terme
  • Ticket d’entrée élevé pour diversifier suffisamment

Immeuble en monopropriété

Investissement en direct

Entre 4 et 10 %

2,5

  • Liquide selon l’emplacement
  • Absence de copropriété
  • Rendement locatif élevé
  • Potentiel important de plus-value selon l’emplacement
  • Offre limitée
  • Ticket d’entrée élevé

Investissement locatif en appartement meublé

Investissement en direct

Entre 4 et 8 %

3

  • Bonne liquidité selon emplacement
  • Statut fiscal LMNP (=impôt très faible sur les revenus locatifs)
  • Loyers plus élevés
  • Turn over plus important qu’en location nue

Investissement locatif en location nue

Investissement en direct

Entre 2 et 6 %

2,5

Investissement dans une colocation

Investissement en direct

Entre 4 et 10 %

2,5

  • Bonne liquidité selon emplacement
  • Bonne rentabilité
  • Niveau de risque d’impayé faible (grâce au bail solidaire)
  • Statut fiscal LMNP possible (=impôt très faible sur les revenus locatifs)
  • Ticket d’entrée élevé

Investissement dans un coliving

Investissement en direct

Entre 4 et 10 %

3

  • Bonne liquidité selon emplacement
  • Bonne rentabilité
  • Niveau de risque d’impayé faible (grâce au bail solidaire)
  • Statut fiscal LMNP possible (=impôt très faible sur les revenus locatifs)
  • Idéal dans les grandes villes
  • Ticket d’entrée élevé

Investissement dans une résidence étudiante

Investissement en direct

Entre 4 et 8 %

3

Investissement locatif clé en main

Investissement en direct

Entre 5 et 10 %

2,5

  • Bonne liquidité selon emplacement
  • Bonne rentabilité
  • Statut fiscal LMNP possible (=impôt très faible sur les revenus locatifs)
  • Investissement sur mesure selon le patrimoine de l’investisseur
  • Frais d’entrée plus élevés qu’un investissement en nom propre
  • Accompagnement d’experts à chaque étape du projet

 

Lire aussi : Où investir dans l’immobilier en Île-de-France

 

Loin d’être exhaustive, cette liste comparative vous permet de prendre conscience de la myriade d’investissements possibles dans l’immobilier. Certains ressemblent beaucoup à des placements boursiers (SIIC) tandis que d’autres à de l’immobilier locatif traditionnel. 

Il faut néanmoins savoir qu’à l’exception des fonds d’investissement immobilier et de l’investissement locatif clé en main, investir dans l’immobilier implique de nombreuses compétences techniques pour limiter votre prise de risque et tirer les meilleures rentabilités (surtout si vous avez recours à l’emprunt bancaire).

 

Lire aussi : Faut-il souscrire un prêt amortissable pour un investissement locatif ?

 

C’est la raison pour laquelle Les Secrets de l’Immo s’est construit autour de l’objectif de vous accompagner à chaque étape de votre projet immobilier. De la recherche du bien jusqu’à la gestion locative en passant par la recherche de financement et la réalisation des travaux, nos équipes sont prêtes à se consacrer totalement à votre projet d’investissement immobilier pour un résultat final haut de gamme.

 

Lire aussi : Où investir dans l’immobilier en Île-de-France

 

Les stratégies d’investissement en fonction du montant de votre épargne

 

Secrets recommandés
Faut-il acheter sa résidence principale ou réaliser un investissement locatif ?
Acheter sa résidence principale ou investir dans l’immobilier locatif est un débat récurrent entre spécialistes de l’immobilier. Si la plupart des conseillers en gestion de patrimoine vous incitent en priorité à acheter votre résidence principale, il existe plusieurs situations où ce choix n’est pas opportun.
Quel est l’impact du nouveau DPE (diagnostic de performance énergétique) sur la mise en location d’un bien immobilier ?
Inséré dans le dossier de diagnostics techniques (DDT), le nouveau DPE location doit être remis au locataire à la signature du bail. Si vous ne le transmettez pas, vous vous exposez à lui verser des dommages et intérêts.
Pourquoi envisager un investissement locatif en banlieue parisienne ?
Vous choisirez la banlieue où investir en fonction de votre stratégie d’investisseur : court ou long terme (plus-value vs revenus), clientèle cible et apport disponible.

Recevoir une brochure

Quels sont vos objectifs d'investissement ?

Recevoir une brochure

Recevoir une brochure